le harnais motorisé

Les harnais motorisés pour ailes de vol libre



Qu'est-ce qu'un harnais motorisé pour aile de vol libre ?

Légalement :

Associé à une aile de vol libre (delta rigide ou souple) , Il s'agit d'un ULM c'est-à-dire qu'il faut être breveté ULM pour pouvoir l'utiliser...

Physiquement :

Il s'agit d'un harnais de delta équipé d'un petit moteur permettant de décoller pour atteindre les ascendances et...arrêter ce "p..." de moteur...

Dans l'esprit :

L'esprit (es-tu là?) est de voler sous une aile delta (rigide ou souple peu importe) et autant que possible, de se passer du moteur ...

Descriptif :

Comme le montre la photo, le harnais est spécifique (on ne peut pas réutiliser un harnais de delta).

Le moteur le plus courant est un RAKET RADNE 120 équipé d'un réducteur et d'un arbre d'hélice qui reporte l'hélice assez loin derrière les pieds du pilote.

Le châssis porte l'ensemble grâce à 2 jambes de train donc le pilote ne porte pas le moteur pendant la course de décollage, comme en paramoteur.

Un petit réservoir de 5 litres permet de voler environ 2 heures sans ascendances.

L'installation du harnais sous une aile de vol libre ne nécessite qu'une modification : couper la quille pour permettre le passage de l'hélice.

Les ailes n'ont pas besoin d'être renforcées sous réserve de respecter la plage de charge indiquée par son constructeur.

Les commandes à gérer sont :

                      -l'accélérateur (en général, il est double : un accélérateur genre pince à linge avec
                        lequel on accélère avec les dents pour le décollage, archaïque mais très sûr et
                        efficace et laisse les mains libres... pour tenir l'aile !!!  Et un autre plus classique pour
                        la durée du vol),

                      -le starter qui sert aussi à arrêter le moteur,
                      -le frein d'hélice pour arrêter sa rotation quand le moteur est coupé
                        afin de ne pas dégrader la finesse (ne pas faire aérofrein),
                      -le lanceur ou la commande du démarreur électrique suivant les modèles,
                      -la fermeture du harnais qui sert également à replier les jambes de train,
                      -la poignée du parachute de secours (comme en vol libre).

Que faut-il faire avant le vol ?

Monter son aile comme en vol libre, puis installer le réservoir soit sur le montant de trapèze soit dans le harnais suivant les modèles.
Sortir le harnais de son sac, le retourner et déplier les jambes de train.
Vérifier les aiguilles du parachute de secours.
Raccorder la batterie pour le modèle avec démarreur électrique.
Mettre en place l'hélice.
Connecter la durite d'essence.
Faire un démarrage d'essai:
                      -l'aile posée sur le nez,
                      -en s'assurant que personne ne peut être heurté par l'hélice (attention: une hélice en carbone peut tuer quelqu'un qui serait heurté par une pale!!!)

Quel est le niveau de pilotage nécessaire pour la prise en main ?

La nécessité légale d'être breveté ULM protège le candidat de vouloir, sans aucune formation, se lancer dans les airs...

Mais ... la formation sous un ULM pendulaire se fait sur des chariots sur lesquels on vole en position "assise" et non "couché ventre" comme en delta et cela change SIGNIFICATIVEMENT les sensations et perceptions au point que je déconseille à un moniteur ULM qui n'aurait jamais volé en delta d'essayer un harnais motorisé sans formation complémentaire (stage delta).
De plus les chariots pendulaires sont très puissants alors que les harnais motorisés sont tout juste assez motorisés pour décoller...

A l'inverse, un pilote delta "autonome" qui sait "laisser voler " son aile peut essayer sans soucis un harnais motorisé ...Mais doit d'abord passer son brevet...

A condition de trouver un moniteur disposé à l'accepter, il peut légalement faire un vol d'essai sous le contrôle ...(et la responsabilité!!!)  de ce moniteur.

Quel matériel choisir ?

Vous devez choisir une aile qui corresponde à votre niveau de pilotage (et non à vos fantasmes!!!) et surtout ne pas griller les étapes...

La charge admissible de l'aile (indiquée sur la fiche constructeur) doit correspondre à la masse aile+pilote+ harnais motorisé, c'est-à-dire environ 15 kg de plus que pour le vol libre.

Les ailes rigides ont un très bon comportement lorqu'elles sont utilisées avec des harnais motorisés : bon taux de chute, facilité de décollage, bonne vitesse et bonne stabilité.

L'attérissage est vraiment facilité par les volets.

Par contre, certaines sont lourdes et les jours sans vent, les premiers pas de la course sont un peu difficiles...Ensuite l'aile se porte elle même, il n'y a plus qu'à l'accompagner.

Joël LETOUZEY





26/03/2007
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres